Louis De Funès Du 15 Juillet 2020 Au 1 Août 2021

Publié le 25/05/2021
PILE ÉLECTRIQUE ET FACE ATOMIQUE

La Cinémathèque française consacre pour la première fois une grande exposition à un acteur, un petit bonhomme né de parents espagnols devenu le plus populaire des comiques français. Né Louis, Germain, David de Funès de Galarza, le 31 juillet 1914 à Courbevoie, Louis de Funès est mort le 27 janvier 1983 à Nantes, à soixante-huit ans. Dans la seconde moitié du XXe siècle, il va imposer progressivement son rythme à des films dont il finit par prendre possession, pour devenir l’auteur-compositeur de personnages à sa démesure.

Passionné de jazz, admirateur d’Erroll Garner et du virtuose Oscar Peterson, Louis de Funès gagne péniblement sa vie pendant la guerre comme pianiste de bar. Devenu acteur, le jazzman propose des variations sur le même thème et améliore sa partition de film en film. Son point d’orgue est un point d’exclamation. Combien de fois explose-t-il dit : « Foutez-moi l’camp ! », « Paf ! », « C’est pas possible ?! », « Ma biche ! », « C’est fini, oui ?! »…

NUMÉRO 1 À CINQUANTE ANS

Daniel Gélin lui donne sa chance, Sacha Guitry sa confiance et Claude Autant-Lara l’enferme face à Gabin et Bourvil dans la cave de La Traversée de Paris. De Ah ! les belles bacchantes ! au Petit Baigneur, de Funès partage la fantaisie délirante des Branquignols de Colette Brosset et Robert Dhéry. Ni vu ni connu, pour reprendre le titre d’Yves Robert, un de ses premiers films en vedette, il grimpe en haut de l’affiche.
Après une centaine d’apparitions, quelques succès en noir et blanc et beaucoup de travail, son génie burlesque éclate en couleurs alors qu’il atteint la cinquantaine : Jean Girault lui offre un uniforme de gendarme millionnaire, Gérard Oury, ses plus beaux films dont La Grande Vadrouille, comédie de la réconciliation nationale qui va triompher dans le monde entier.

 

Source : https://www.cinematheque.fr/cycle/louis-de-funes

 

Suivez l’actualité immobilière et rejoignez-nous